Return to site

RÉALISER SES TRAVAUX DE PEINTURE SOI-MÊME

· Travaux

Vous avez peut-être choisi de réaliser vous-mêmes vos travaux de peinture. CONITY vous propose quelques bonnes pratiques pour vous garantir une parfaite mise en œuvre.

1) Choix de la peinture (couleurs, aspects)

La couleur de la peinture sur un nuancier (dans un catalogue par exemple) sera toujours plus claire que le rendu de la couleur de votre peinture. Petit conseil : choisissez toujours une couleur légèrement plus claire par rapport au rendu final que vous souhaitez.

  • Le choix des couleurs

Voici quelques conseils basiques qui peuvent vous éviter quelques fausses bonnes idées !

Vos pièces de vie (cuisine, salle à manger, salon) peuvent être associées à des couleurs dites « fortes et lumineuses ». Plus la pièce sera lumineuse, plus vous pourrez opter pour une couleur foncée. Au contraire, une couleur claire sera préférable dans des pièces moins bien exposées.

Vos pièces de passage (couloirs, hall d’entrée, dressing, toilettes) vous offrent davantage de liberté. Vous pouvez oser des originalités : place aux couleurs vives !

Votre salle de bain peut être plutôt associée à des couleurs dites « tendres et fraîches ». En fonction de ce que vous recherchez, plusieurs stratégies sont possibles. Pour une atmosphère dynamique (« douche du matin »), il est possible de se tourner vers des couleurs vives. Pour une ambiance plus relaxante et zen (« douche du soir »), il sera plus approprié de choisir des couleurs neutres voire naturelles.

Pour finir, des couleurs dites « douces et apaisantes » sont à privilégier dans vos chambres et vos espaces de repos. Une touche de couleur plus vive peut être envisagée certes, mais avec parcimonie (« C’est qui Parcimonie me direz-vous ? » J).

 

  • Le choix des aspects / finitions

Tout d’abord, une règle assez simple est à retenir : les pièces dites « humides » (salle de bain, cellier, buanderie, garage, cuisine fermée) doivent être peintes en satin ou dans une finition résistante et lessivable.

Dans les autres pièces (salon, salle à manger ou encore chambres), le choix est plus libre. Vous pouvez opter pour un aspect en fonction du rendu que vous souhaitez obtenir. La peinture appelée mate privilégie le côté « naturel et apaisant ». Au contraire, la peinture brillante sera plus « lumineuse et dynamique ».

2) Mise en œuvre aux petits oignons

  • ETAPE 1 : Préparation de la pièce à peindre

Première étape, pensez à retirer les équipements gênants de la pièce : radiateurs, enjoliveurs de prise électrique (cache-prise), détecteur de fumée… Ensuite, si les revêtements de sol ont déjà été réalisés (parquet notamment), il est conseillé de couvrir le sol avec une bâche de protection.

Enfin, vous devez délimiter les zones à peindre des zones « non-peintes » ainsi que les zones de couleurs différentes.

Exemple : délimiter le plafond peint en blanc des murs peints en couleur. Pour cela, on utilise du ruban adhésif de peinture.

  • ETAPE 2 : Préparation de la surface à peindre

A partir de là, les choses se compliquent un peu. Les bandes à joint qui relient chaque plaque de plâtre créent parfois des épaisseurs disgracieuses (mais normales) qu’il faut aplanir avant d’envisager toute couche de peinture. On appelle cette étape le ponçage des bandes.

Pour les grandes surfaces, il est conseillé d’utiliser une « ponceuse girafe ». Il s’agit d’une ponceuse munie d’un manche télescopique et d’une tête orientable pour travailler dans toutes les positions. Il est mieux de commencer avec un papier abrasif (grain entre 80 et 120 mm) pour un bon ponçage et un grain plus fin (120 à 200 mm) pour les finitions.

Ingrédient nécessaire : un peu d’huile de coude !

Une fois poncées, les surfaces doivent être lessivées, rincées et séchées.

  • ETAPE 3 : Application de la peinture

Petit conseil : toujours peindre du haut vers le bas afin d’éviter les éclaboussures sur les surfaces déjà peintes. Autrement dit, commencez par le plafond, puis les murs, puis les fenêtres, les portes et enfin terminez par les plinthes.

La réalisation d’une sous-couche est souvent judicieuse. Cela permet de « gommer » la différence de teinte entre les joints de plaques de plâtre et les plaques elles-mêmes.

Une fois cette sous-couche réalisée, il faut s’attaquer aux couches de la peinture de votre choix. Il faut un minimum de 2 couches. Le temps de séchage est primordial et il ne faut surtout pas le négliger sous peine de gâcher votre travail ! Il varie en fonction de la peinture utilisée (le mieux c’est de bien lire les indications inscrites sur votre pot de peinture).

Une fois la peinture sèche, les adhésifs et les bâches enlevés, faites-vous plaisir avec votre décoration. D’ailleurs CONITY vous propose quelques inspirations dans son article « Nos idées déco #01 ».

A retenir :

  • Pour choisir vos couleurs de peinture, tout est permis ! Faites juste attention à ce que les couleurs fonctionnent bien avec l’utilisation, l’orientation et la taille de vos pièces concernées.
  • Une peinture réussie c’est avant tout un support bien préparé. Ne lésinez pas sur le ponçage des bandes à joint !
  • Le plus long n’est pas d’appliquer la peinture mais sûrement de la laisser sécher. Lisez bien les recommandations inscrites sur les pots de peinture. A vos pinceaux !
All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly